Découvrez dans cette page l'histoire de nos produits et de nos partenaires. Vous trouverez entre autres des informations sur les pays, les matériaux et les fabricants. Si vous souhaitez plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons avec plaisir !

Les hamacs du Salvador

xxx

Savez-vous d’où vient l’art du hamac ? Plusieurs théories divergentes existent, mais la plus plausible est celle de suspendre son lit suffisamment haut pour ne pas être attaqué par les insectes rampants. En effet, les hamacs trouvent leur origine en Amérique du Sud et en Amérique Centrale, dans des régions tropicales, où vivent de nombreuses espèces d’insectes.

 

Nos hamacs viennent du Salvador, un petit pays montagneux et volcanique d’Amérique Centrale qui donne sur le Pacifique. Ils sont faits à la main, par des artisans qui perpétuent la tradition de leurs ancêtres. L’art du tissage existe depuis des siècles dans ce pays où l’on cultive le coton et l’indigo. Les habitants tissaient déjà des ceintures avant l’arrivée des Espagnols, mais ce sont les Espagnols qui ont introduit les métiers à tisser à pédales et qui ont permis l’essor du tissage dans la région. Les artisans fabriquaient aussi bien des tissages particulièrement fins pour la noblesse espagnole que des tissages épais pour protéger les soldats. Les villages de Santo Domingo et San Sebastián sont reconnus pour la qualité de leurs tissages, et de leurs hamacs.

 xx

xx

Paysage volcanique du Salvador

xx

Paysage volcanique du Salvador

xx

Eglise typique d'un village salvadorien

xx

Coucher de soleil sur le Pacifique

xx

Au Salvador, le hamac est bien plus qu’un agrément : il sert souvent de lit et on trouve à peu près partout, que ce soit dans les chambres, les patios ou même les couloirs des maisons. Ils sont faits en nylon ou en toile de coton, le plus souvent rayés et colorés. Les hamacs que nous vous proposons sont en toile de coton exclusivement.

 xxx

Hamac dans le patio d'une maison

xxx

Hamac au bord du Lac Coatepeque

xxx

Chaque hamac est fabriqué à la main et nécessite une trentaine d’heures de travail. La toile est tissée sur des métiers à pédales, répliques de ceux utilisés depuis la conquête espagnole. Une toile de 128 cm de large nécessite presque 1700 fils pour la trame ! Une fois la toile tissée, elle est coupée à la bonne longueur et l’assemblage commence : les tresses de suspensions sont formées et attachées fermement à la toile. Il faut jusqu’à 4 personnes pour cette phase : c’est un travail particulièrement physique, mais nécessaire pour garantir la robustesse et la solidité de chaque hamac.

 xxx

Ces hamacs sont fabriqués par une entreprise salvadorienne reconnue, qui s’engage à respecter l’environnement et les communautés locales : les produits utilisés sont le plus souvent locaux et teints de manière naturelle, les artisans qui fabriquent ces hamacs travaillent dans leurs villages d’origine, évitant ainsi un exode rural. Aujourd’hui, environ 200 personnes et leurs familles travaillent et vivent grâce à cette activité.

Les corbeilles et plateaux en raphia

 

L’ensemble de nos corbeilles et plateaux proviennent d’Ouganda, en Afrique. L’Ouganda est un pays d’Afrique de l’Est, situé dans la vallée du Nil et au Nord des Grands Lacs, région d’Afrique réputée pour sa vannerie.

xxx

xxx

Notre fournisseur, Uganda Crafts, est une entreprise certifiée Commerce Equitable depuis 2007 : fondée en 1983 avec le statut d’ONG, elle est devenue une entreprise privée en 2000, puis a obtenu le label Commerce Equitable quelques années plus tard.

xxx

Pourquoi avons-nous choisi de distribuer les produits d’Uganda Crafts ? L’entreprise a été fondée par deux femmes, dans le but de permettre à des femmes handicapées ou devenues veuves récemment d’avoir un revenu stable et de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Leur initiative permettait dès l’origine du projet de rendre ces femmes autonomes financièrement, soit par le développement des cultures, soit par la production de produits d’artisanat.

xxx

Uganda Crafts est aujourd’hui une entreprise qui exporte dans de nombreux pays et qui permet à des dizaines de femmes d’avoir un revenu stable. L’entreprise gère également une boutique de souvenirs en Ouganda pour commercialiser et faire connaître l’artisanat et le savoir-faire de ces femmes.

xxx

En plus de distribuer et exporter la production de ces villageoises, l’entreprise assure une formation continue pour permettre la transmission du savoir-faire et la création de nouveaux motifs et modèles. Les matériaux utilisés sont locaux, naturels et renouvelables : le raphia et la feuille de bananier sont les ressources les plus utilisées dans la réalisation des paniers et plateaux.

xxx

La fabrication des paniers et plateaux

xxx

Le matériau principal est le raphia, une fibre naturelle qui provient des feuilles de palmiers. Ces fibres sont utilisées pour envelopper des tiges de feuilles de bananier qui forment l’armature des paniers et plateaux. Avant d’être assemblées sur les tiges de bananier, les fibres de raphia sont teintes dans les coloris choisis. Puis le minutieux travail commence : il s’apparente à du tissage. Le point de départ est le centre du plateau ou de la corbeille, puis on tisse en spirale vers l’extérieur.

xxx

Le savoir-faire se transmet de génération en génération, souvent dès l’enfance. Certaines artisanes sont d’ailleurs de véritables artistes. Cet art de la vannerie est commun à de nombreux pays d’Afrique, vous aurez la chance de pouvoir admirer les nombreuses réalisations et déclinaisons de ce tissage entre autres au Rwanda, au Zimbabwe, au Botwswana, en Afrique du Sud, et très certainement dans bien d’autres pays africains.